Catégories
Folklore

Gay chicken

La vidéo était partagée par une amie sur les réseaux sociaux. Deux hommes s’embrassent jusqu’à ce que l’un des deux se dégonfle. Le jeu s’appelle « gay chicken » et il semble populaire chez les bros, ceux que Boumbox décrivait comme des frat-boy décomplexés dans leur hédonisme beauf. Si vous n’avez toujours pas compris en quoi consiste le jeu, Scrubs résume assez bien la situation. Deux hommes, un moment « mais qu’est-ce qu’il nous arrive » et un des deux hommes qui se dégonfle.

Le jeu est une occasion, selon certains commentateurs des vidéos sur Youtube, de faire reculer l’homophobie et d’encourager certains à faire leur coming-out. Surtout l’occasion pour ces commentateurs de regarder de jeunes gens dans des jeux sensuels. Là où le jeu peut devenir intéressant, c’est dans le glissement sémantique. On l’avait vu cet été avec le hashtag #vraimentPD, « l’homosexualité est devenu le signifiant négatif universel par excellence » nous disait Louis-Georges Tin dans un article sur Mediapart. Être couard c’est dans ce cas là ne pas être suffisamment à l’aise pour embrasser un autre homme.

Cependant, les autres commentateurs et les descriptions des vidéos donnent à voir un autre aspect. Entre les protagonistes qui assurent ciel et terre que non, ils ne sont pas gays ou qu’ils ne sont pas sur la vidéo, et les commentateurs qui débusquent le moindre élément permettant de faire tomber sur les jeunes le jugement suprême de l’homosexualité, on se rend compte que malgré un apparent confort, l’homosexualité reste un « état honteux ».

Ce jeu est également l’occasion pour des sites réservés aux adultes de présenter des jeunes à peine pubères et très mauvais acteurs de faire des vidéos où ils feignent leur dégoût, tout en effectuant pas mal de choses malgré tout. Un fantasme de la conversion. Peut-être une raison de plus pour expliquer le succès des vidéos sur Youtube où de nombreuses playlists collectionnent tous ces « instants gay« .

Peu de vidéos avec des filles. Il s’agit principalement de garçons tentant de s’embrasser, de se carresser. Différents niveaux dans ces vidéos donc, de la plus simple, où il ne se passe rien à celle où les deux jeunes sont presque nus et où les autres participants de la soirée tentent de débusquer un début d’érection dans les slips de leurs amis.

Peut-être une piste à explorer pour le gouvernement de République tchèque, bien plus pratique et plus rigolo que la phallométrie.

Une réponse sur « Gay chicken »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *