Catégories
Folklore

2010 sur l’Internet

L’an dernier, à peine remisés les derniers cotillons, nous retournions à la tâche, forçat que nous sommes, devant nos écrans. Si j’avais le temps et l’âme d’un data-journaliste, je vous aurais raconté mon année en quelques statistiques. Combien d’heures passées sur Gtalk, le nombre de pokes reçus, le nombre de contre-pokes, l’utilisation des tags en fonction de l’heure avancée de la nuit. Hélas, je n’ai pas la rigueur du self-tracker et quand j’y arrive, il me faut des mois pour traiter les données. Je vais donc me contenter de retrouver ce qui m’a plu sur Internet cette année, sans oublier de me passer un peu de brosse à reluire. Une petite retrospective comme on les aime tant en cette fin d’année. Surtout que 2010 est la dernière année de la première décennie du troisième millénaire.

Le frisson de publier un article sur Internet c’est qu’on a une immédiate réaction. Ou pas. Le premier semestre ayant été oublié par l’Internet et pas lu du tout le temps de mon déjeuner, je vais continuer tant bien que mal ma retrospective. On me reproche déjà de ne pas être drôle. Mais j’essaie de suivre la courbe du LOL journalism, et comme je traite de choses pas sérieuse, je le fais sérieusement, soyez prévenus.

Janvier

En janvier, le 7, Philippe Séguin meurt, l’année ne pouvait pas commencer plus mal. Déjà que décembre avait été marqué par le décès de Britanny Murphy, la vie est dure dans le monde du style.

En janvier, Henry Michel a autorisé tous les journalistes du monde à ranger leur personal branding au placard pour s’adonner à l’humour en toute liberté. Bénédiction bien reçue, mais qui n’a pas empêché les pisse-froids de la pige ou du stage de réclamer, flatter et admirer les quelques négriers encore influents.

Février

En février, la presse se penche sur le « frisson du net« , le sulfureux Chatroulette. Tout le monde veut faire son article, tout le monde trouve un angle plus ou moins audacieux, du montrage de bite à la parodie, en allant même jusqu’à évoquer Emmanuel Levinas. Hélas aujourd’hui, le site est désert et se partage entre des hommes fiers de leur engin et d’autres souhaitant comparer les tailles. Il en reste une encore plus vive prégnance du verbe nexter et l’idée qu’on peut faire une éducation sexuelle devant Chatroulette (après tout, les chinois la font en permettant le touche-pipi dans les toilettes des écoles). Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que lorsqu’un homme montre son sexe sur un site réservé aux personnes majeurs et qu’un gamin vient mater, l’homme devient un pervers pédophile, mais l’enfant curieux reste l’innocence même.

En février d’ailleurs, en France, une député connaissant l’Internet aussi bien que mon grand-père avait proposé de punir les imprudents qui taggueraient leurs amis sur Facebook. Pendant ce temps là, en Corée, on passe des nuits de folie.

Mars

En mars, une moustache nous quitte. Jean Ferrat décède. Pourtant, la montagne est belle. Carla Bruni est moins belle et le Daily Mail nous la révèle momifiante.

Carla Bruni qui permet d’ailleurs aux journalistes de fabriquer eux-mêmes l’information, de rebondir sur une rumeur. Où le syndrome du tweet à destination humoristique élevé au rang de preuve de la décadence de l’information, de la non vérification des faits ou de l’installation de l’Internet comme boîte à ragots.

Benjamin Biolay, c’est bien le mec qui…

De toute façon, c’est la faute de Rachida Dati, tout le monde le sait. La défaite de la droite aux régionales aussi. Sûrement. Régionales qui permettent à l’humour politique de déployer encore plus ses ailes en prévision de 2012. Nicolas Sarkozy préfère quant à lui s’employer à se tailler un costume à l’international.

Avril

En avril, les utilisateurs de Twitter apprennent enfin à mieux utiliser l’outil, grâce à La Règle :

c’est le mm lien que moi que j ai tweeté plus d’1H30 avant vous et qui a été RT 16 fois// la règle c mettre le trouveur +lien

Bien sûr, il ne faut pas non plus oublier les #ff, les smileys et il faut toujours dire bonjour. La Règle définit depuis la vie de tous les utilisateurs de l’Internet. L’AFP l’a appris à ses dépens et Tumblr l’a gravé dans le marbre de son fonctionnement. Une question reste cependant sans réponse.

Zahia arrive sur l’Internet, l’occasion pour lui de se rouler à nouveau dans la fange de la rumeur. Et même la télévision s’y met puisque le mot de la fin revient à Carole Gaessler :

Mardi prochain, Raymond Domenech livre sa liste des 23 sélectionnés. Et si on invitait Zahia pour la commenter ?

Mai

En mai, selon Wikipedia, TF1 annonce l’arrêt d’Attention à la marche ! après dix ans d’antenne 1 et 100 victoires pour Christophe le champion de Tout le monde veut prendre sa place le 10.

Juin

En juin, premier anniversaire de la mort de Michaël Jackson et décès fictif de Bernard Montiel. Eric Woerth commence à sentir sur lui dégouliner le fiel gauchiste, marxiste et léniniste de la rumeur. Mediapart diffuse ses pistes au compte-goutte.

Juillet

En juillet, l’Internet se penche sur des phénomènes naturels. Mis en ligne le 8 janvier 2010, la vidéo est offerte aux yeux du monde entier le 3 juillet 2010 par Jimmy Kimmel. Un homme se masturbant devant un arc-en-ciel, c’est la belle réussite de l’année en terme d’inconnu-transformé-en-célébrité-par-une-vidéo-Youtube.

L’autre inconnu de 2010, c’est Antoine Dodson, un jeune hésitant qui au détour d’un reportage conseille à tout le monde de cacher ses enfants, cacher sa femme et même de cacher son mari. Son ton hésitant et chantant le transforme en phénomène, amplifié par le collectif Autotune the News qui le place au top de iTunes.

Août

Début août, la haine envahit la France. Bien avant que Wikileaks ne soit un mot connu, une lettre fuit. La lettre, ou #lalettre, va devenir l’exemple ultime de la confrontation entre les « veilleurs » et les « entertainers » et les « loleurs » ces gens qui ne disent pas bonjour, ne font pas de #ff ni de smileys. La lettre leake grâce à un des loleurs et fait parler la twittosphère suffisamment longtemps pour intéresser même des canadiens.

Le résultat fut une perte immense de whuffies, sans aucun doute. Terrassé par cet épandage de haine et de mauvaise foi, je décide, tel Poutine sur son cookie de quitter la France.

Voyage outre-Atlantique à la découverte de l’intérieur de l’Internet, entre danah boyd et Twitter. Au coeur d’un New York foursquarisé et d’une Silicon Valley ensoleillée. Au point d’oublier ce qu’il s’y est passé.

Septembre, octobre, novembre

En septembre, encore une fois, je ne me souviens guère préférant visiter le Texas et la Californie.

En octobre et novembre, en vrac un son duo improbable entre 50 cent et un garçon de 15 ans, Marine Le Pen, des chats, des vidéos, Loïc Le Meur. Et puis, Willy Keaks, le mec qui nous sort tout les secrets grâce à l’Internet.

Décembre

L’année se termine en beauté, avec l’hommage d’Henry Michel à l’Internet français « vernaculaire« , les Craypion d’Or. De loin, ça ressemble un peu à la déferlante internetique tombée sur Ségolène Royal lorsqu’elle a sorti son plus récent site. Des habitués de sites agréables et réfléchis qui se défoulent sur un site moins étudié. Une moquerie de parisiens face à la province. Cependant, il a fallu tout le talent d’Henry Michel et de ses compères pour le transformer en ode à l’amateur et en hymne à l’Internet.

Un des Internet que je célèbre et que j’ai pratiqué. Comme au moment de la fermeture de Geocities par exemple. Et qui devra, en compagnie du « LOL », continuer à se frayer un chemin entre les campagnes de publicité, de buzz, de vidéo virales, de gestion de communauté, de Kriisiis, de minutebuzz, de ROI, de nombre de pages vues et de stratégie de communication globale sur le réseau.

L’Internet où on ne se prend pas (tout le temps) au sérieux.

Une réponse sur « 2010 sur l’Internet »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *