Catégories
Folklore

Nouvelle vague

Je suis entré dans les happy few lundi matin. Mais dans les happy few de seconde zone. Dans le groupe des privilégies qui doivent répondre autre chose que « je les ai toutes utilisées » quand on lui dit « tu l’as ? tu m’invites ?« , une longue explication. Je suis dans une sorte de sous-oligarchie qui n’a pas d’invitation, parce que Google limite l’extension de création de comptes et donc que les gens qui n’ont pas été invité dans la première vague –haha– ne peuvent pas inviter de nouvelles personnes. –oui, ça c’était la réponse en version longue que je suis obligé de faire subir à tous ceux qui me disent « tu l’as, tu m’invites ? »-.

Ce qui est drôle, c’est que j’arrive sur Wave à l’heure où je me mets à pleurer sur la fin de GeoCities. Et que j’ai retrouvé dans Wave les choses que je sais quitter le 26 octobre avec la fermeture de tous les quartiers. Comme les polices moches par exemple. Ou les couleurs. Dans Wave, on peut facilement mettre en forme son texte, pour rendre une vague plus clinquante. Et j’ai donc la joie de vous annoncer le retour du Comic Sans MS à portée de clic.

Et là, je verse une larme. En 2003, devant un vieil ordinateur, quand j’espérais raconter mes premières expériences adolescentes, j’ai tout appris du html avec un joli site, fait par une jeune fille, Lissa, celle qui explique tout. Au menu, papillons, flocons de neige qui tombent, violet et orange. Ce qui me fait dire que, je le confesse, j’ai utilisé du Comic Sans pour mon tout premier site perso.

L’un arrive, l’autre part. Google Wave n’invente rien. C’est du live-chat comme sur ICQ ou sur Bonjour, c’est du tableau blanc comme Inkscape et Jabber –peut-être ça existe ailleurs, mais je parle de ce dont je connais– c’est du jeu d’échec comme sur feu MSN Messenger –encore mon adolescence…-.

Revenons à du moderne ! Wave, c’est avant tout un ensemble de promesses. La promesse d’un outil de collaboration en entreprise quand l’intégralité de mes collègues sera connecté. La promesse de discussion multi-thread avec d’autres gens quand plus de contacts peupleront ma fenêtre « Contacts ». La promesse de bonne soirée de rigolade –euh, ça c’est fait-. Et aussi, des trucs dont tu te dis, de la même façon que certains disent « ça se tweete » quand on fait un bon mot digne des Grosses Têtes, « ça se wave, ça, définitivement« .

Organiser une soirée dans un bar ? Wave te propose une carte où n’importe qui peut placer des points. Et j’attends que Doodle fasse son extension Wave pour qu’on définisse la date. Et le prochain rendez-vous sera wave ou ne sera pas.

Avoir une discussion passionnée avec quelqu’un, de ces discussions où on parle de plein de choses et où n’a pas le temps de répondre qu’une nouvelle question est déjà posée ? J’avais tenté une conversation avec #hashtag assez convaincante, mais là, avec les threads, on peut se permettre de répondre à une question d’un côté, lancer une conversation et continuer celle d’avant. Oui, tout ça avec la même personne.

Rassurez-vous, si vous n’avez pas encore eu la chance d’entrer dans la vague, non seulement vous pouvez faire semblant, mais surtout, vous pouvez vous consoler en vous disant que c’est un univers encore très masculin, qu’il n’y a pas grand monde, qu’on ne sait pas toujours quoi faire, que les waves sont longues à charger dès qu’il y a de nombreux utilisateurs ou des images à l’intérieur. Que Google Wave est idéal sur Google Chrome, mais que sur les autres, ça peut faire ralentir votre ordinateur.

Mais surtout, dites vous que de vaillants aventuriers comme moi défrichent. Que je subis quelques bugs, que je propose des améliorations.

Et que je vous prépare un avenir de Wave.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *