Catégories
Folklore

Internet, miroir intime

Lors de sa « première fois« , le copain d’une amie s’est demandé si elle était malade, trouvant anormal qu’elle ait autant de poils autour de la vulve. Ironiquement, cette même personne, dotée d’un organe d’une taille normale au vu des statistiques de la World Map Penis Size, se rajoutait quelques centimètres pour atteindre les 19,5 centimètres.

Loin des vestiaires où les adolescents pouvaient comparer leurs corps changeant avec ceux de leurs amis, Internet propose aujourd’hui quelques miroirs de l’intime.

Le premier miroir est kvindekenddinkrop.dk, qui signifie en danois « femme, connais ton corps » et propose des photos de vulves prises avec un appareil ressemblant à une chaise percée et nommé Kussomaten. Ces photos sont présentées ensuite à tout le monde sur le site. La Fondation K. Vinders Fond explique que le but du site est de rassurer les femmes en se concentrant sur leur vulve. Selon eux, le nombre d’opérations de nymphoplastie est en explosion, en partie du à une méconnaissance. L’occasion également de servir de pied de nez à toute l’entreprise du ratiboisé.

À ce sujet, Naomi Wolf, une femme de 40 ans, remarquait que dans son club de gym, les femmes de son âge et plus avaient encore des poils et des marques de bronzage. Les plus jeunes, en revanche, façonnées par l’image des femmes,  le désir des autres et la production pornographique étaient intégralement épilées, la poitrine souvent refaite et sans marques de bronzage. Le vagin n’est plus d’ailleurs le seul point d’intérêt tant les fantasmes matérialisés à l’écran utilisaient le moindre orifice disponible chez la femme.

Peut-être le spectateur manque-t-il encore de pornos « amoureux«  où l’on découvre le sexe dans une normalité. Ou au moins une documentalisation de l’acte amoureux permettant de comparer ses habitudes avec celles des autres et de ne pas se sentir obligé devant les cumshots, creampie et autres sodomies. Une initiative prise, par exemple, par Vice en interviewant des gens venant de faire du sexe dans sa série « People who just had sex with each other a couple of minutes ago« .

Mais avant de penser au sexe en particulier, le corps en général est un espace de complexe démesuré. Pour régler le problème, plusieurs solutions. La version « Spencer Tunick« , existant en version plage avec les camps nudistes, en version poubelle avec le flashmob « Belle toute nue«  qui aura lieu le 23 mars ou encore dans la version artistique du-dit photographe.

Mais tout ça ne permet pas une observation détaillée sans être pris pour un pervers. Il existe une solution : le site Naked People qui propose les photos habillées/nues d’une trentaine de personnes de tous âges et de toutes formes. Un « Guess her muff » version intégrale avec en plus, une once utile de banalité.

Nous n’avons guère traité les hommes. Sachez que le moindre passage sur Chatroulette ou Manroulette vous permettra de comparer votre sexe avec celui de n’importe quel exhibitionniste. Une chose est certaine, n’utilisez pas Facebook comme miroir intime. Surtout quand on voit comment est traité « L’Origine du monde« , ancêtre de ces miroirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *