Quickfix «Réserve parlementaire»

Aujourd’hui 23 juillet 2018, le Sénat a publié sur son site le détail de la réserve parlementaire pour 2017. Dernier fichier du genre, puisque celle-ci a été supprimée l’été dernier. Le tableau est assez rapide pour survoler le détail des subventions attribuées par les différents sénateurs, mais pas très idéal pour faire des recherches un peu plus poussées ou même de simples agrégations. Arriver à un résultat exploitable n’est pas trop compliqué.

Étape 1. Récupérer le fichier. En regardant dans l’inspecteur, on se rend compte que l’ensemble des subventions sont détaillées dans un fichier json. Une fois téléchargé, le json est converti en csv. J’ai pris le premier convertisseur en ligne que je trouvais avec la recherche «json to csv» dans Google.

Étape 2. Améliorer les données. J’utilise Open Refine pour corriger quelques pétouilles et améliorer les données. Je corrige le montant, je renomme les colonnes. Grâce aux données de NosSénateurs.fr, je vais rajouter quelques colonnes. Pour cela, il suffit de télécharger les données sur l’ensemble des sénateurs d’une législature et csv et de l’ajouter ensuite sur Open Refine. On croise ensuite les données grâce à l’id unique présent dans les deux fichiers. J’ajoute les colonnes donnant le département d’élection (exemple ci-dessous), mais aussi leurs mandats. On peut aussi renseigner les départements concernés par le renouvellement en 2017.

cell.cross("NosSénateurs.fr (23072018)","id_institution").cells["nom_circo"].value[0]

Étape 3. Fouiller. L’idée est maintenant de trouver des choses intéressantes. Par exemple les sénateurs qui financent des projets en dehors de leur département d’élection (une simple facet personnalisée value==cells[“Circonscription”].value). Par exemple, Thierry Foucaud, sénateur communiste de Seine-Maritime a distribué 10 000 euros à une commune de la Haute-Vienne. En 2015 déjà, une association de la Haute-Vienne avait bénéficié de sa générosité. Un coup de fil ou deux permettrait d’en comprendre les coulisses. Catherine Tasca, sénatrice des Yvelines aide de son côté une commune du Vaucluse.

Je filtre les résultats en fonction des sénateurs qui attribuent des sous à la commune dont ils étaient maires – jusqu’à l’application du non-cumul des mandats fin septembre. Les autres mandats sont listés par le fichier de NosSénateurs.fr, l’idée étant de récupérer pour chaque sénateur sa fiche détaillée en json, et ensuite de filtrer les résultats pour ne garder que la mairie. J’avais conservé un vieux fichier listant toutes ces informations puisque de nombreux sénateurs ont depuis laissé leur fauteuil de maire.

forEach(value.parseJson().senateur.autres_mandats,v,if(v.mandat.split("/")[1].trim().fingerprint()=="maire",v.mandat.split("/")[0],"")).join("")

Une fois cela fait, je n’affiche que les subventions versées par un maire à sa ville. 42 sénateurs1, au moins, versent ainsi des subventions à leurs communes. Trois maires n’ont rien laissés à d’autres communes que la leur : Hubert Falco, maire de Toulon (Var), Karine Claireaux, maire de Saint-Pierre (Saint-Pierre-et-Miquelon) et Jacques Cornano, maire de Saint-Louis-de-Marie-Galante (Guadeloupe). En tout, 1,8 millions d’euros sont ainsi versés en plein conflit d’intérêt.

Étape 4. Agréger. Après ces quelques comparaisons, je passe à un tableur. En comparant les montants attribués dans les départements concernés par les élections de 2017, on se rend compte qu’ils ne sont pas plus favorisés que les autres, les montants sont similaires. Et quelques tableaux croisés dynamiques permettent de se faire une idée des répartitions générales.

Etape 5. Finalisation. Avec un peu plus de temps, on pourrait croiser les noms des associations avec les déclarations d’intérêt des sénateurs… La réserve parlementaire a été supprimée l’été dernier. C’était donc la dernière publication, en attendant celle de l’Assemblée nationale qui n’est toujours pas publiée.

1 Patrick Abate (Moselle), Dominique Bailly (Nord), Marie-France Beaufils (Indre-et-Loire), Michel Billout (Seine-et-Marne),  Jean-Pierre Bosino (Oise), François-Noël Buffet (Rhône), Caroline Cayeux (Oise), Gérard César (Gironde), Anne Chain-Larché (Seine-et-Marne), Daniel Chasseing (Corrèze), Karine Claireaux (Saint-Pierre-et-Miquelon), Jacques Cornano (Guadeloupe), Pierre Cuypers (Seine-et-Marne), René Danesi (Haut-Rhin), Marie-Hélène des Esgaulx (Gironde), Évelyne Didier (Meurthe-et-Moselle), Alain Duran (Ariège), Hubert Falco (Var), Michel Fontaine (La Réunion), Jean-Claude Gaudin (Bouches-du-Rhône), Jacques Gautier (Hauts-de-Seine), Sylvie Goy-Chavent (Ain), Corinne Imbert (Charente-Maritime), Bernard Lalande (Charente-Maritime), Élisabeth Lamure (Rhône), Daniel Laurent (Charente-Maritime), Vivette Lopez (Gard), Hervé Marseille (Hauts-de-Seine), Michel Mercier (Rhône), Gérard Miquel (Lot), Louis Nègre (Alpes-Maritimes), Alain Néri (Puy-de-Dôme), Philippe Paul (Finistère), Cédric Perrin (Territoire-de-Belfort), David Rachline (Var), Michel Raison (Haute-Saône), Stéphanie Riocreux (Indre-et-Loire), Nelly Tocqueville (Seine-Maritime), Catherine Troendlé (Haut-Rhin), Raymond Vall (Gers), Alain Vasselle (Oise) et François Zocchetto (Mayenne).  ↩️

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *