Projeter le lecteur

Internet permet beaucoup de choses : de collecter des données, de les présenter, d’en tirer de l’information, mais également de mettre en perspective les informations en fonction du lecteur, pour le placer aux coeur du sujet.

Le crowd-sourcing est le premier moyen. En devenant une des sources de l’information, le lecteur y prend part. Je l’ai expérimenté avec la carte des cantines scolaires qui restreignent leur accès aux enfants dont les deux parents ne travaillent pas. L’article a plutôt bien fonctionné. Le fait qu’il puisse ajouter son grain de sel mais également le fait qu’il voit tout de suite “près de chez lui”, grâce à la carte, où ça se passe a, je pense, joué.

La carte, si les données le permettent, projettent le lecteur là où ça l’intéresse. Qui aurait prêté attention à une liste des emprunts toxiques proposés par Dexia s’ils n’avaient été étalés sur une carte par Libération ? De la même manière, la carte de l’ISF détaillant le nombre de redevables par commune a beaucoup mieux fonctionné que l’article expliquant les disparités géographiques entre riches et pauvres.

Le jeu, ou la gamification, pour être smart. Je suis convaincu qu’un des moyens pour expliquer une information parfois complexe, c’est que ça réponde à la question du lecteur : “Et pour moi, qu’est-ce que ça change ?” Par exemple, concernant ces histoires de tranche marginale des impôts à 75% au delà d’un million d’euro par an, la proposition lancée par François Hollande à TF1, une des solutions était de l’écrire tel que. Une autre solution, pas forcément meilleure, mais complémentaire est de proposer une “calculatrice”. Combien paieriez-vous d’impôt avec la nouvelle réforme ? Cela répond en partie à la question.

Un autre exemple avec le report de voix. Tous les commentateurs parlent de celui-là, en faisant la clé du second tour d’un scrutin. En plus des sondages existant, quoi de mieux que de laisser le lecteur se faire son idée ? Quels reports doit-il y avoir pour déjouer les pronostics et assurer la réélection de Nicolas Sarkozy ? On découvre ainsi que Nicolas Sarkozy pourrait gagner en récupérant une immense majorité des voix de Marine Le Pen, expliquant le tournant droitier de son second tour.

Projection donc au coeur des informations. Et parce que parfois, il y en a peut-être trop, j’essaie d’appliquer les conseils d’Amanda Cox, responsable du département graphique au New York Times. Elle explique que face à la complexité, il faut donner un point d’entrée aux lecteurs.

Dans la carte de l’ISF, il s’agit des villes que l’on peut remarquer. La Courneuve, qui accueille 53 redevables, ou Croix, qui est la ville en comptant le plus, hébergeant notamment la famille Mulliez, propriétaires du groupe Auchan. À côté du simulateur de réforme fiscale, le calcul peut être fait avec les revenus d’un smicards, d’un “français moyen” ou d’un footballeur. Et concernant les reports de voix, il était normal de pouvoir se faire une idée, avec les reports mesurés par BVA, ou ceux de 2007, quand Nicolas Sarkozy bénéficiait d’une dynamique de premier tour plus importante.


photo flickr cc joe duty

One thought on “Projeter le lecteur

  1. C’est bien. Je prends un certain plaisir à lire ces notes de dataviz sur ton blog. On sent que le métier n’est pas facile, parce qu’il reste à inventer. Mais on sent aussi que beaucoup d’intelligence se porte sur cette discipline, ce qui a un côté très encourageant pour les années à venir.
    Good luck, keep on the good job, je suis persuadé que la mayonnaise est en train de prendre. Il faut être un peu patient et ne pas baisser les bras. àplus.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *